Open/Close Menu Apprendre pour la vie!
Premiers soins anaphylaxie - Formations UBF

 

Les réactions allergiques sévères ou anaphylaxie, parfois mortelles, aux aliments, aux piqûres d’insectes et à d’autres allergènes prennent de l’ampleur au Canada. On estime à 600 000 le nombre de Canadiens (deux pour cent de la population) qui souffrent d’allergies constituant un danger de mort, et leur nombre est en hausse, surtout chez les enfants. Heureusement, ces problèmes peuvent être, en grande partie, évités ou traités.

Les réactions allergiques sévères (comme le choc anaphylactique) surviennent lorsque le système immunitaire réagit à un allergène ou un irritant donné. Elles peuvent être déclenchées par certains aliments ou ingrédients présents dans les aliments, les piqûres d’insectes et les médicaments.

Premiers soins anaphylaxie - Formations UBF - Choc anaphylactiqueLes aliments les plus couramment associés à ce genre de réactions sont les arachides, les noix, les graines de sésame, le blé, les oeufs, le lait et les fruits de mer. Chez les enfants, les réactions allergiques sont principalement causées par les produits alimentaires, alors que chez les adultes, elles sont surtout attribuables aux médicaments et aux antibiotiques, comme la pénicilline. Les réactions aux insectes sont essentiellement causées par les piqûres de guêpes jaunes, de frelons, de guêpes et d’abeilles. Certaines personnes présentent aussi des réactions allergiques sévères au caoutchouc naturel (latex).

Les réactions allergiques sévères touchent principalement la peau, les voies respiratoires supérieures et inférieures, le système gastro-intestinal et l’appareil cardiovasculaire.

On observe chez la victime les manifestations suivantes :

Premiers soins anaphylaxie - Formations UBF - AnaphylaxiePerte de conscience, étourdissements, anxiété, angoisse, sensation de chaleur au visage et accélération du rythme cardiaque. On peut aussi remarquer des rougeurs et des démangeaisons de la peau, de l’enflure aux yeux, au visage, aux lèvres et à la gorge, ainsi que des troubles respiratoires. Les vomissements, les crampes, la diarrhée et une sensation d’oppression peuvent aussi survenir. Sous sa forme la plus intense, la réaction allergique peut se traduire par une perte totale de tonus cardiovasculaire, ce qui entraîne une chute de la tension artérielle et un état de choc (anaphylaxie) et, parfois, un décès très rapide. Dans le cas de réactions moins graves, il arrive que les symptômes ne se manifestent qu’au bout de plusieurs heures.

Les réactions allergiques sévères sont imprévisibles.

Une réaction peut être bénigne une fois, et sévère, la fois suivante, et inversement.

Premiers soins anaphylaxie - Formations UBF - Injection ÉpinephrineDe façon générale, les réactions sévères sont traitées au moyen d’une injection d’épinéphrine (adrénaline). Les personnes qui savent qui ont ce genre de réactions devraient toujours avoir avec eux un EpiPen® ou un Allerject®, un dispositif leur permettant de s’administrer rapidement une injection d’adrénaline.

Même si les symptômes disparaissent après une injection d’adrénaline au moyen de l’EpiPen® ou d’un Allerject®, appeler le 911 car la victime devrait toujours être transportée en ambulance à l’hôpital où elle sera en observation pendant plusieurs heures, puisque la réaction peut se manifester de nouveau à tout moment. Une personne sur trois aura besoin d’une deuxième dose d’adrénaline.

Quelques faits sur l’anaphylaxie:

Au Canada, les neuf principaux allergènes alimentaires sont :

  • L’arachide, les noix, le poisson, les mollusques et crustacés, le lait, les oeufs, le blé, le soya et les graines de sésame.
  • Quelques traces ou une infime quantité d’aliment peuvent déclencher une réaction grave.
  • La plupart des victimes de réactions allergiques fatales sont des adolescents et de jeunes adultes.
Quatre décès sur six se produisent à l’école d’après l’étude menée par les Drs Hugh Sampson, L. Mendelson et J. P. Rosen sur les réactions anaphylactiques fatales aux aliments chez les enfants et les adolescents. Ces morts seraient liées à l’incapacité de reconnaître les symptômes à temps et à l’administration tardive de l’épinéphrine.

Les meilleures mesures de préventions sont :

    • L’abstention absolue de l’allergène
    • La connaissance des symptômes par le patient et les intervenants
    • L’administration rapide de l’épinéphrine, soit dans les 10 minutes.
Retarder l’administration de l’épinéphrine augmente les risques de décès.

Seriez-vous capable de reconnaître les symptômes et intervenir de manière adéquate en présence d’une personne qui a une réaction anaphylactique?

Urgence Bois-Francs offre plusieurs cours au public.


Logo_footer   
     © 2017 Réalisation G1 Média